Histoires de pègre – Vic Cotroni



Né à Mammola en Calabre, Vincent Cotroni (Vincenzo en italien) est le fils de Nicodemo, un menuisier qui a immigré à Montréal en 1924 avec ses sept enfants. Il est l’aîné, les trois autres fils se nommant Giuseppe (dit Peppe), Frank et Michel. Il travaille d’abord comme aide-menuisier pour son père puis fait la connaissance d’Armand Courville qui l’initie à la lutte professionnelle. Il se fait un nom dans ce sport pendant les années 1930 et y gagne son surnom de Vic. Durant la même période, il se fait parfois arrêter pour vols, possession de fausse monnaie, vente illégale de boisson ainsi que coups et blessures. Mais il ne reste pas longtemps en prison et les charges sont souvent abandonnées faute de preuves suffisantes.

À partir de 1942, il se lance dans les affaires. Avec son associé, Armand Courville, il fait l’acquisition du bar Le Café Royal, situé dans ce que l’on appelait alors le Red Light de Montréal. Deux ans plus tard, il achète un autre bar, Le Café Val d’Or, dont il change le nom (en 1947) en Cabaret Au Faisan Doré et qui devient, dans les années qui suivent, le cabaret le plus célèbre du pays. Il fait en effet venir des personnalités aussi connues que Charles Aznavour, Tino Rossi et Bourvil, qui y donnent des prestations. Des artistes québécois commencent également à y faire carrière. Citons Jacques Normand, Roger Baulu, Jean Rafa, Denise Filiatrault, Gilles Pellerin et Fernand Gignac. Sous une façade respectable, le cabaret Au Faisan Doré, situé au coin de la rue Sainte-Catherine et du boulevard Saint-Laurent, se transforme vite en l’un des hauts lieux de la pègre locale. En 1945, Cotroni achète également un immeuble sur la rue de Bullion qui devient le cercle des jeux clandestins les plus primés de la ville.

Cotroni se rapproche aussi du Parti libéral et devient l’un de ses organisateurs politiques pendant les campagnes électorales. Il est alors connu pour engager des videurs qui ont la charge de faire sortir le vote, de servir de gardes du corps à certains candidats et parfois de perturber les meetings des partis adverses.

source

Leave a Comment